salpêtreSanté Pratique 

À quoi sert le salpêtre et est-il vrai qu’il réduit certaines pulsions ?

La deuxième partie de la question est facile. Réponse : le «salpêtre» ( le terme fait référence au nitrate de potassium ou au nitrate de sodium) n’a aucun effet sur les pulsions charnelles. L’histoire selon laquelle ce produit chimique a été mis dans la nourriture des soldats pour diminuer leur libido est un mythe total. Par contre savez-vous quel est le lien entre un mur humide, un saucisson et une cure de botox?

C’est quoi le salpêtre ?

Vous avez peut-être déjà vu du salpêtre sur les murs de votre cave humide. Le salpêtre est se forme par le rejet des sels minéraux contenus dans les briques et le béton gorgés d’humidité. Ces petits cristaux blancs ne sont pas inoffensifs et participent à la détérioration des fondations et des maçonneries. Il conviendra de résoudre votre problème de salpêtre et d’humidité, des solutions naturelles et efficaces existent.

Mais saviez-vous que l’on a consommé du salpêtre ?

L’une des substances les plus mortelles connues de l’humanité est produite par la bactérie Clostridium botulinum . Sept millions de fois plus toxique que le venin de cobra, la «botuline» botox ou toxine botulique empoisonne ses victimes en bloquant l’action du neurotransmetteur, l’acétylcholine. Les symptômes peuvent aller de la double vision et de la difficulté à avaler à la paralysie et la mort.

Les spores de cet organisme se cachent dans de nombreux aliments et dans les bonnes conditions (manque d’oxygène et faible acidité), deviennent actives et libèrent leur toxine. Les saucisses sont l’exemple classique du type d’aliment qui peut être affecté, et le mot «botulisme» dérive en fait du latin «botulus», qui signifie saucisse.

Heureusement, le botulisme peut être évité par l’utilisation appropriée du nitrite de sodium, une découverte qui s’est en fait produite de manière accidentelle. Le salage de la viande est une ancienne méthode de conservation basée sur la capacité du chlorure de sodium à tuer les bactéries en tirant une grande partie de leur teneur en eau. Il y a environ cinq cents ans, un cuisinier visionnaire a noté que l’efficacité du sel dans la conservation de la viande dépendait de sa source. De plus, le sel qui fonctionnait particulièrement bien améliorait également la saveur et la couleur de la viande.

Le secret s’est avéré être une impureté présente, le nitrate de potassium, plus familier pour nous en tant que «salpêtre». En fait, le vrai secret n’est même pas le nitrate, c’est le nitrite. Certaines bactéries présentes dans la viande résistent au sel et ont la capacité de convertir les nitrates en nitrites. Dès que cela a été découvert, les producteurs et transformateurs d’aliments ont réalisé qu’il était plus efficace d’utiliser directement le nitrite de sodium comme conservateur.

En fait, la situation est encore un peu plus compliquée chimiquement, car le véritable ingrédient actif n’est pas le nitrite, mais son produit de décomposition, l’oxyde nitrique. C’est cette substance qui produit la couleur caractéristique des viandes salées et détruit les bactéries qui peuvent provoquer le botulisme. Mais on craint que les bactéries ne soient pas tout ce que les nitrites détruisent.

Notre santé peut également souffrir d’une exposition excessive

C’est cette substance qui produit la couleur caractéristique des viandes salées et détruit les bactéries qui peuvent provoquer le botulisme. Mais on craint que les bactéries ne soient pas tout ce que les nitrites détruisent. Notre santé peut également souffrir d’une exposition excessive.

Les inquiétudes concernant les quantités relativement faibles de nitrites utilisées comme additifs alimentaires ont commencé dans les années 1960 lorsque les chercheurs ont noté que les animaux domestiques nourris avec de la farine de poisson conservée avec des nitrites mouraient d’insuffisance hépatique.

Le problème a été attribué à un groupe de composés appelés nitrosamines, qui se sont formés par une réaction chimique entre les amines naturelles du poisson et le nitrite de sodium. Les nitrosamines sont de puissants agents cancérigènes et leur présence potentielle dans les aliments humains est devenue une préoccupation immédiate. Un examen d’une grande variété d’aliments traités aux nitrites a révélé que des nitrosamines pouvaient en effet se former dans certaines conditions. Le bacon frit, surtout lorsqu’il est «croquant», a constamment montré la présence de ces composés. Les hot-dogs aussi. Et à notre grand effarement, la bière était également contaminée! Comment cela se fait-t-il ?

Dans le cas de la viande, il n’y avait pas de grand mystère. Lorsque les protéines se décomposent pendant la cuisson, elles peuvent produire des amines qui à leur tour réagissent avec les nitrites pour former des nitrosamines. Le problème de la bière a demandé un peu de recherche avant que le processus ne soit identifié : lié au séchage à la flamme du malt. Lorsque l’air est chauffé, ses composants azote et oxygène peuvent réagir pour former divers oxydes d’azote qui à leur tour peuvent réagir avec les amines du malt pour produire des nitrosamines. À leur grand soulagement, les brasseurs ont pu modifier le processus et empêcher le contact direct du malt avec la flamme. Plus besoin de vous soucier des nitrosamines dans la bière maintenant!

Il était plus difficile de freiner la formation de nitrosamine dans les viandes salées. Mais il a pu être contrôlé. L’acide ascorbique (vitamine C), ou son proche parent, l’acide érythorbique, peut être ajouté par les fabricants pour freiner la réaction de l’oxyde nitrique avec les amines. Ces composés améliorent également les effets conservateurs du nitrite en favorisant sa conversion en oxyde nitrique, ce qui permet d’utiliser moins de nitrite. Ces dernières années, les niveaux de nitrite dans les aliments ont été continuellement réduits au point où la plupart des produits contiennent maintenant moins de 100 parties par million et entraînent une formation minimale de nitrosamine dans les aliments.

Une autre préoccupation, cependant, est la formation possible de nitrosamines dans le corps humain. Nous ingérons à la fois des nitrites et des amines dans nos aliments, et il est possible que ceux-ci puissent se combiner pour former des substances cancérigènes dans les conditions acides présentes dans l’estomac. Certaines études épidémiologiques suggèrent que c’est plus qu’une possibilité théorique. Une récente enquête suédoise a révélé que la consommation de plus de 3 portions de viandes transformées par semaine était associée à une augmentation significative du cancer de l’estomac par rapport à la consommation de moins de 1,5 portion par semaine.

Articles similaires

Leave a Comment