Ce qu’il faut savoir sur la loi de l’accident de la routeSanté Pratique 

Ce qu’il faut savoir sur la loi de l’accident de la route

L’indemnisation concerne les victimes d’accident de la route, que ce soit un cycliste, un piéton, un passager ou un conducteur. Le plus souvent, ces victimes bénéficient de cette indemnisation sans être assistés par un médecin expert ni un avocat spécialisé. Il est donc nécessaire de connaitre vos droits et vos obligations pour toutes les procédures. Découvrez la loi qui définit l’accident de la circulation.

Qui peut bénéficier de l’indemnisation selon la loi de l’accident de la route et quand l’avoir ?

La loi de l’accident de la route, la loi Badinter, précise que les personnes qui sont victimes d’un accident de la circulation sont indemnisées si un véhicule terrestre à moteur équipé de ses remorques, sauf les trains et les tramways qui passent sur leurs propres voies, est engagé. Cette loi s’applique alors si toutes ces conditions sont complètes. Grâce à cette législation, l’indemnisation de ces personnes est accélérée.

Des véhicules doivent donc être impliqués, précise la loi de l’accident de la route, pour bénéficier d’une indemnisation. En cas d’accident, il est toujours nécessaire de faire appel à un spécialiste de transport médical, si vous êtes blessés. Un expert est à votre écoute 24h/24 et peut intervenir rapidement sur le lieu de l’accident.

La société Harfleur Ambulances est un professionnel en transport sanitaire qui est à votre disposition pour vous fournir un service de qualité. Elle est installée à Seine-Maritime en Normandie et dispose de nombreuses années d’expériences dans le transport de malades allongés ou assis et de personnes à mobilité réduite. Ses ambulanciers sont formés et peuvent vous proposer des solutions adaptées à vos besoins. L’entreprise possède quatre VSL et quatre ambulances pour tous vos déplacements.

Non seulement les accidents de la route font de dégâts matériels, mais ils causent aussi des dommages corporels qui peuvent toucher le corps et le moral de la personne. Pour cela, les victimes ont le droit de demander une indemnisation au responsable de l’accident ou via leur assurance. Les personnes qui peuvent bénéficier de cette indemnisation sont les passagers, les piétons et les cyclistes. Elles ne peuvent cependant pas être indemnisées si elles ont créés leurs blessures comme le cas d’un suicide, une faute inexcusable et une cause exclusive. Si la victime a moins de 16 ans ou si elle est une personne âgée plus de 60 ans, ces fautes ne sont pas maintenues.

Le conducteur du véhicule, lui aussi, a droit à une indemnisation, s’il n’a pas commis de fautes pouvant exclure son droit. Ses fautes peuvent être le non respect du code de la route et l’excès de vitesse qui a créé l’accident, notamment s’il a eu lieu sur les voies publiques.

Pour un accident de véhicule à une remorque, garanti en responsabilité civile, les conducteurs ont tous un droit commun et peuvent demander une indemnisation à leur assurance auto.

Les assureurs et les juridictions prennent en considération les préjudices patrimoniaux et extrapatrimoniaux. Le premier concerne les dépenses liées à la santé de la victime et les différents frais. Le second concerne le préjudice sexuel, esthétique, les souffrances, l’incapacité de faire les actes de la vie courante, etc. En cas de décès de la victime, les proches sont indemnisés avec le préjudice moral et économique.

Les démarches pour l’indemnisation selon la loi de l’accident de la route

Pour déclarer l’accident à l’assurance, la victime dispose de 5 jours. Il est nécessaire d’adresser à votre assurance les dossiers suivants si vous avez été renversé et subi des dommages corporels : un certificat médical, un exemplaire du constat amiable et un certificat d’arrêt de travail. L’assurance peut vous demander de faire une expertise médicale afin d’évaluer les dommages. Vous serez donc convoqué 15 jours avant la date de la consultation médicale et vous pouvez vous faire assister avec votre médecin. L’assureur doit faire une offre d’indemnisation dans les 3 mois qui suivent la demande de la victime. La détermination du responsable et l’évaluation de votre préjudice peut prendre 8 mois. Le fonds de garantie intervient si le responsable de l’accident n’est pas connu.

La victime peut poursuivre l’affaire devant les tribunaux si l’indemnisation proposée par l’assurance n’est pas suffisante. Dans ce cas, le tribunal de Grande Instance prend en charge les dossiers. Le barème est de 3 ans. Une enquête sera réalisée pour déterminer les séquelles. En cas de force majeure, ce délai peut être avancé selon le juge.

Articles similaires

Leave a Comment