sage femmeSanté Pratique 

Comment devenir sage femme

Le métier de sage-femme n’est pas à la portée de tout le monde, et pourtant, certaines personnes, notamment des femmes, décident d’y consacrer leur vie. Que ce soit par passion ou par compréhension des autres femmes qui éprouvent le besoin d’être accompagnées dans cette période de leur vie, les sages-femmes dédient tout leur temps à leur travail. Mais comment fait-on pour devenir sage-femme ? Quelles sont les qualités requises et quelles études doit-on réaliser ?

Quel est le rôle d’une sage-femme ?

Tout le monde connaît généralement le rôle d’une sage-femme, qui est celui d’assister les femmes pendant l’accouchement et de leur aider en cas de problème. Mais il ne s’agit que de son rôle principal. Son travail par contre va au-delà de ce simple scénario. En effet, la sage-femme œuvre dans et autour de tout ce qui est grossesse et accouchement, et ce, dès les premiers mois de grossesse jusqu’aux prochains mois qui suivent la naissance. C’est cette dernière qui gère le suivi de la grossesse afin de faire en sorte que l’accouchement se réalise de la façon la plus normale possible, et à moindre risque. Compte tenu des enjeux, c’est effectivement un métier qui demande beaucoup de pratique et surtout de l’expérience comme l’affirme cette sage-femme à Nancy Camille Flieller.

Les différentes missions d’une sage-femme

Une sage-femme s’adonne à différentes missions avant, pendant, et après la grossesse. Durant la grossesse, elle est chargée de faire connaître à ses patientes les généralités de l’accouchement. Ces étapes d’initiation s’accompagnent de séances préparatoires à l’accouchement. Selon l’état de santé de chaque patiente, elle doit également établir un suivi gynécologique et faire des examens si nécessaire. Pendant l’accouchement, elle assiste la patiente et indique tous les gestes à suivre pour mener à bien le processus. En cas de complications, elle a aussi le devoir de contacter une gynécologue-obstétricienne. Après l’accouchement, la sage-femme doit examiner l’état de santé du nouveau-né, et veiller au rétablissement de la mère. Elle réalise également un suivi gynécologique de ses patientes après l’accouchement. Et enfin, elle peut aussi initier la nouvelle mère afin que celle-ci s’intègre bien dans son nouveau rythme de vie avec l’enfant.

Quelles sont les qualités requises ?

Compte tenu de toutes ces missions, certaines qualités sont donc requises pour devenir une sage-femme. Tout d’abord, des connaissances avancées en gynécologie sont indispensables pour être en mesure d’opérer un suivi optimal des patientes. La personne doit aussi être à l’épreuve du stress, de la pression et de la fatigue physique et psychique. En outre, le métier de sage-femme exige aussi des aptitudes qualifiées en psychologie médicale, en coaching prénatal et postnatal, en réanimation de nouveau-nés. Cette personne doit aussi être compétente en accompagnement de la nouvelle mère, pour être en mesure de livrer des conseils cruciaux en allaitement et en hygiène du bébé. Pour finir, le métier de sage-femme demande aussi de la rigueur, de l’attention, de la flexibilité, de la diplomatie, mais surtout de la disponibilité, car oui, elle peut être sollicitée à tout moment, à n’importe quelle heure.

Quelles sont les études nécessaires ?

Le métier de sage-femme demande au minimum des études de 5 ans après le bac. Ces études sont connues pour être difficiles. Et pour exercer ce travail, il faut bien évidemment décrocher un diplôme d’État qui s’obtient suite à 4 ans de formation dans une école de sages-femmes parmi les 35 relayées à un centre hospitalier universitaire français. Toutefois, pour être admise dans ces écoles de sage-femme, il faut passer la PACES (première année commune aux études de santé). C’est ensuite qu’on pourra participer au concours de sélection pour les écoles de sages-femmes. Après avoir décroché le diplôme d’État, il est aussi envisageable de viser un diplôme universitaire spécialisé. Cela peut être orienté vers la pédiatrie de maternité, la psychopathologie du bébé, ou la gynécologie. Quoi qu’il en soit, il est aussi important pour l’intéressée d’effectuer des stages pour vivre une première et meilleure expérience dans ce métier.

Articles similaires

Leave a Comment