cigarette électroniqueSanté Pratique 

Ne plus fumer : la cigarette électronique une aide efficace ?

D’autres l’ont déjà testé et adopté, d’autres hésitent encore à le faire et d’autres ne veulent tout simplement pas le faire. Entre ces trois profils de fumeurs, les premiers sont ceux qui y gagnent le plus puisqu’en adoptant la cigarette électronique, ils s’exposent à moins de risques de souffrir d’un cancer, de maladies cardiaques et de maladies respiratoires. Cela suppose-t-il que l’e-cigarette est une aide efficace au cours du sevrage et qu’elle est réellement inoffensive ? Voici quelques informations qui vous aideront à vous décider.

Comprendre le fonctionnement de la cigarette électronique

La cigarette électronique est pourvue de différents composants essentiels à savoir :

  • la batterie ou les accus : ce composant déclenche la source électrique qui va chauffer la résistance. Certains modèles de cigarette électronique utilisent une batterie alors que d’autres fonctionnent grâce à des accus ou piles.
  • la résistance : une fois chauffée, cette dernière va réchauffer l’e-liquide contenu dans le réservoir afin de permettre l’évaporation ou production de vapeur.
  • le dripper : ce dernier inclut le réservoir qui contient l’e-liquide. Pour choisir le meilleur dripper, il faut se baser sur l’expérience de la vape souhaitée.
  • la cheminée : ce conduit va véhiculer la vapeur aromatisée produite jusqu’au drip tip ou embout buccal.
  • l’embout buccal : c’est à ce niveau que le vapoteur va recueillir la vapeur produite. Elle peut être chaude, tiède ou froide en fonction de la puissance de l’airflow et de la longueur de la cheminée.

Cet appareil électronique ne peut fonctionner correctement si l’un de ces éléments lui faisait défaut.

Comprendre pourquoi la cigarette électronique est plus saine que la cigarette classique

Quand on fume, il faut brûler la tige de cigarette qui contient du tabac. La combustion qui s’élève à une température d’environ 800°C va générer des produits toxiques que le fumeur va inhaler à travers la fumée. Dans le lot, on trouve des particules fines, du goudron, du monoxyde de carbone, de la nicotine, … Leur ensemble va brûler les voies respiratoires et les cellules pulmonaires ce qui va engendrer des cancers du poumon ou des maladies pulmonaires. Mais le ravage ne s’arrête pas à ce niveau puisque ces produits vont également endommager le cœur, le cerveau et tous les autres organes.

Quand on vapote, il faut appuyer sur le bouton ON/OFF pour actionner le dispositif. Ce dernier va alors se réchauffer à une température oscillant entre 150 à 300°C, soit très en dessous de la température de combustion. Or, pour produire les substances toxiques contenues dans la fumée, il faut impérativement une combustion. De plus, la cigarette électronique produit de la vapeur et non de la fumée. Sa consistance se compose d’eau comme toutes les vapeurs, ainsi que d’autres produits comme les arômes utilisés, la glycérine végétale, le propylène glycol et éventuellement de la nicotine et de l’alcool. Tous les e-liquides ne sont pas nitocinés et alcoolisés, mais même si c’est le cas, sachez que le dosage pour ces produits est strictement réglementé.

Alors que le taux de nicotine ne doit pas dépasser les 20 mg/ml, l’alcool ne peut excéder le 1 %. Au-delà de ces seuils, vous aurez raison de vous inquiéter donc il est toujours conseillé de vérifier les étiquettes pour ne pas s’exposer par erreur à quelques dangers.

Comprendre pourquoi la nicotine n’est pas dangereuse dans le e-liquide

Dans les campagnes anti-tabac, on dit souvent que la nicotine est néfaste ce qui est le cas. Mais il faut comprendre que le principal méfait qu’on lui reproche c’est qu’elle soit source de dépendance. C’est effectivement elle qui rendent les fumeurs accro et c’est aussi à cause d’elle que la majorité des fumeurs en cours de sevrage finit par échouer tant leur dépendance est forte.

Qu’est-ce qui change alors lorsqu’elle est utilisée dans l’e-liquide ?

Il faut le reconnaître, vapoter un e-liquide à taux élevé de nicotine expose à des risques de dépendance, toutefois évitable. En effet, si un vapoteur opte pour le taux maximal et qu’il vapote toutes les minutes, les risques de dépendance sont élevés. Pour les réduire, il suffira d’adopter les bonnes attitudes en espaçant les séances de vapotage si vous tenez à la teneur élevée ou en réduisant la teneur si vous ne pouvez vous empêcher de vapoter toutes les minutes.

Pour savoir s’il faut se ménager, certains vapoteurs peuvent ressentir quelques effets inconfortables en cas d’abus de vapotage nicotiné. Il peut s’agir de vertiges, de maux de tête ou des nausées. Si vous ressentez l’un de ces symptômes, vous saurez tout de suite qu’il faudra réduire votre consommation de nicotine ce qui aide à s’auto-corriger. Rassurez-vous, ces effets sont passagers puisque disparaissent au bout de quelques heures.

Comprendre comment le vapotage peut aider au cours d’un sevrage tabagique

La sensation de manque de nicotine est la raison principale de l’échec des fumeurs. Grâce à un e-liquide nicotiné, cette sensation est toutefois atténuée ce qui permet de traiter la dépendance nicotinique.

Et puisque le dispositif nécessite les mêmes gestuels qu’avec la cigarette, la dépendance psychologique sera aussi soignée en parallèle.

Articles similaires

Leave a Comment